L'entrevue sur l'immigration qui ne passe pas

La seule preuve que Radio-Canada m'a passé en entrevue

« Chérie, je vais passer aux nouvelles ce soir! »

« Allo, Maman? allume la télé, tu vas me voir sur Radio-Canada! »

Hélas, cette photo est la seule preuve de mon entrevue avec Marie-Josée Paquette-Comeau. Pourtant, la journaliste m'a interrogé pendant longtemps. Qu'ai je dit qui ne passait pas?

C'est peut-être parce que mon message était cohérent que l'entrevue n'avait aucune valeur pour le média national. Il paraît que je ne fais pas assez polémique.

faites un don à ma campagne!

Selon ce que m'ont raconté les autres candidats du Parti Populaire du Canada présents ce jour-là, Radio-Canada ciblait les femmes et des candidats dits religieux.

Leur faire parler d'avortement devait raviver la polémique ayant si bien éclipsé la présentation des candidats de la ville de Québec deux semaines plus tôt.

Radio-Canada me définit comme un immigrant

Puisque je ne suis ni révérend ni de sexe féminin, c'est sur une autre facette de l'identité qu'il fallait me coincer. La journaliste me demande de confirmer, tout sourire, si je suis Libanais.

Un instant... sommes-nous à Beyrouth ou Montréal? Quelle question, franchement!

Je la tourne à la blague: j'ai marié une Canadienne d'origine libanaise. Ça compte? et je précise que je suis né à Montréal de parents ayant immigré d'Égypte. Ils sont venus jeunes et ne se connaissaient pas; ils se sont rencontrés ici.

« Donc, vous êtes issu de l'immigration » me répond-elle. Je l'accorde : « Oui, je suis issu de l'immigration ». Que c'est ennuyeux de se faire définir à partir de sa race ou son origine ethnique...

« En tant que personne issue de l'immigration, n'êtes-vous pas mal-à-l'aise avec la politique de votre parti sur l'immigration ? »

Quel gentil sourire.

Un modèle d'intégration qui mérite d'être émulé

Voilà une opportunité livrée sur un plateau d'argent: je peux expliquer pourquoi la vision du Parti Populaire en matière d'immigration est la meilleure.

Alors, je lui parle de combler nos besoins économiques et de l'intégration par le travail.

Elle pose la question, alors je raconte l'expérience de mes grands-parents qui ont tout laissé pour immigrer dans un contexte post-révolutionnaire socialiste en Égypte.

Ils devaient recommencer à zéro ici et travailler fort malgré leur age. À l'époque, c'était la quarantaine - et pas de bottes pour les immigrants qui arrivent en hiver. Il n'y avait pas le filet social dont bénéficient les nouveaux arrivants aujourd'hui. Débrouillez-vous!

Tout ce que mes parents et grands-parents ont, ils l'ont construit et mérité. Par la suite, ils ont aidé d'innombrables autres personnes par solidarité et entraide.

Garanti que les Canadiens admirent leur modèle d'intégration. Mes concitoyens respectent que nous travaillons tous, que nous parlons les deux langues officielles et que nous aimons notre pays.

Je suis convaincu que c'est le modèle à répliquer - et c'est 100% le plan du Maxime Bernier. Le Parti Populaire vise juste avec cette politique.

Malheureusement, je crains que ce genre de discours ne câdre pas trop avec la ligne éditoriale de Radio-Canada.

Avez-vous aimez cet article? SVP faites un don à ma campagne!

Showing 3 reactions

Please check your e-mail for a link to activate your account.